Quitter rapidement

Aide financière d’urgence pour les personnes victimes de violence

L’aide financière d’urgence permet à des personnes victimes de violence sexuelle ou de violence conjugale de quitter rapidement un environnement dangereux lorsque leur vie ou leur sécurité, ou celle des personnes à leur charge, est compromise. L’aide financière d’urgence permet également d’obtenir des soins médicaux en lien avec la violence subie.

Il s’agit d’un outil financier supplémentaire mis à la disposition des personnes victimes et des ressources qui œuvrent auprès d’elles, dans le but d’assumer les dépenses d’urgence jusqu’à ce qu’elles soient dans un milieu sécuritaire. Ainsi, ce nouveau soutien financier contribuera à réduire les obstacles qui peuvent maintenir une personne victime dans un endroit dangereux, alors qu’elle souhaite le quitter.

Objectif de l’aide financière d’urgence

Pour les personnes victimes admissibles, l’aide financière d’urgence permettra notamment de couvrir leurs coûts de transport, d’hébergement et de subsistance à court terme.

Implantation de l’aide financière d’urgence

Pour l’instant, l’aide financière d’urgence est disponible pour les intervenantes ou intervenants terrain des régions de Laval, de la Montérégie, des Laurentides, de Lanaudière et de la Capitale-Nationale. Elle sera accessible de façon graduelle dans les autres régions du Québec.

Principaux critères d’admissibilité à l’aide financière d’urgence

Une personne est admissible à l’aide financière d’urgence si elle répond aux trois critères suivants :

  1. Elle est victime de violence conjugale ou de violence sexuelle, notamment d’exploitation sexuelle ou d’agression sexuelle;
  2. Sa situation inspire un sentiment d’urgence justifiant qu'elle doive rapidement :

    • quitter un endroit dangereux;
    • se rendre à un endroit sécuritaire;
    • obtenir des services médicaux d’urgence en lien avec la violence subie.

  3. Elle n'a pas les moyens de le faire. 

Pour bénéficier de l’aide financière d’urgence, une personne victime ne sera pas obligée de porter plainte à la police, ni de faire une demande à l’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC).

Le fonctionnement de l’aide financière d’urgence

  • L’accès à l’aide financière d’urgence sera simple et rapide. Aucun formulaire ne devra être rempli par la personne victime ou par l’intervenante ou l’intervenant pour y avoir accès.
  • Les demandes se feront via la Ligne d’aide financière d’urgence, une ligne téléphonique réservée aux intervenantes ou intervenants terrain qui sont en contact direct avec les personnes victimes de violence. Cette ligne sera accessible en français et en anglais, et ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
  • Les demandes d’aide financière seront formulées par les intervenantes ou intervenants (demandeurs) qui sont en lien direct avec les personnes victimes en situation d’urgence. Par exemple, les demandes pourraient être faites par une policière ou un policier répondant à un appel d’urgence, par une intervenante ou un intervenant d’une maison d’hébergement, par un infirmier ou une infirmière d’un centre désigné en agression sexuelle ou encore par une intervenante ou un intervenant d’un centre d’aide aux victimes.
  • Une fois que la Ligne d’aide financière d’urgence reçoit l’appel du demandeur, l’accès aux fonds est déclenché dès la confirmation de l’admissibilité de la personne victime.
  • En collaboration avec le demandeur, les responsables de l’aide financière d’urgence préciseront les besoins de la personne victime, autoriseront les dépenses et prendront en charge les aspects administratifs. Ils s’occuperont, entre autres, de contacter les fournisseurs de services (exemple : la compagnie de taxi) et en assureront le suivi.
  • Aucun argent ne sera remis directement aux personnes victimes.
  • Grâce à des ententes conclues avec des fournisseurs de services, le demandeur n’aura pas à assumer les coûts pour mettre la personne victime en sécurité et aucun argent ne lui sera remis directement.

Demander de l’aide

Pour toute demande d’aide, veuillez communiquer avec SOS violence conjugale (1 800 363-9010) ou avec Info-aide violence sexuelle (1 888 933-9007).

Pour en savoir plus

Retourner en haut